vendredi 21 mars 2014

Mara, mara, es-tu là ?

Il y a quelques temps de cela, dans la bonne ville de Metz, naissait un beau fanzine répondant au doux nom de Clanche. Ce fanzine a été créé, entre autres artistes géniaux, par la talentueuse Alicia Gardes, et je me devais donc de prendre part à l'aventure. C'est aujourd'hui chose faite, puisque je participe au second numéro de Clanche, ayant pour thème "Le Mythe". Un thème très large donc, ouvert à toutes les digressions, la mienne portant sur la mara. La mara est l'esprit malfaisant qui perturbe le sommeil et provoque les cauchemars, chevauchant les dormeurs et les laissant exténués au réveil. Autant dire que je la connais bien, je finirais même presque par avoir de l'affection pour elle, comme une vieille tante folle qui nous fait un peu peur mais que l'on aime bien quand même. C'est donc tout naturellement que je lui rends hommage dans ce second numéro de Clanche.
Je tiens également à remercier Johann Heinrich Füssli, Ferdinand Hodler, Sigmund Freud, ainsi que tous mes amis dérangés du bulbe qui savent qu'on peut se réveiller en pleine nuit et voir des ombres rôder dans sa chambre tout en étant quelqu'un de normal.

So on his Nightmare through the evening fog
Flits the squab Fiend o'er fen, and lake, and bog
Seeks some love-wilder'd maid with sleep oppress'd
Alights, and grinning sits upon her breast.
Erasmus Darwin, Night-Mare

Click here for English translation


samedi 8 mars 2014

Vasnetsov et Bilibine n'ont qu'à bien se tenir !

Здравствуйте! Как поживаете?

Comme vous l'aurez remarqué, ma tête et mon cœur sont toujours en Russie, et ça dure depuis un certain temps. Je dirais même que ça a repris de plus belle depuis quelques jours, et c'est pas parti pour s'arranger. C'est donc avec une tendresse toute particulière que je vous présente aujourd'hui encore ceux qui ont peuplé les contes de mon enfance et qui continuent parfois de me parler.
J'ai nommé, en premier, l'affreux sorcier Kochtcheï l'Immortel (Коще́й Бессме́ртный pour les intimes), chevauchant sa jument démoniaque et flanqué de Zmeï Gorynytch (Змей Горыныч), la terreur de toutes les Russies, le serpent ailé aux multiples têtes crachant le feu et tuant sans raison. Je vous préviens au cas où ce serait pas très clair, mais ces deux-là ne sont pas des mecs sympas.

Enfin, le meilleur pour la fin, mon petit favori, mon chouchou à moi : l'Oiseau de feu et Ivan-tsarévitch (Жар-птица и Иван-царевич). Ce volatile a longtemps volé devant mes yeux de petit enfant émerveillé, mais je n'ai jamais pu le capturer, salaud d'emplumé !

Click here for English translation